LOADING
PREV
NEXT
http://www.gds85.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/phocadownload.PPAgk-is-116.jpg
http://www.gds85.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/boiteriesgk-is-116.jpg
http://www.gds85.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/stories.277213image9gk-is-116.jpg

Peste Porcine Africaine

QUAND LA  SUSPECTER ?  

Lire la suite

Boiteries

BOITERIES des BOVINS «  Prendre soin des Pieds des vaches au quotidien ! » Un nouveau site internet vient d’être créé sur les boiteries de bovins. Il vous permet d’en savoir un peu

Lire la suite

Audit sanitaire

Un service réservé aux adhérents du GDS confrontés à des problèmes sanitaires : troubles de la reproduction, cellules, diarrhée des veaux, problèmes respiratoires...

Lire la suite

SANITAIRE PRIVATIF

Saisissez votre N° élevage...

ipg

Pâturage des veaux et génisses et parasitisme

Quelques règles à retenir pour maîtriser l'infestation vis-à-vis des strongles digestifs.

 Les strongles digestifs sont des vers ronds. L'espèce la plus fréquente et la plus pathogène est Ostertagia ostertagi; elle colonise la caillette des bovins. Il faut avoir à l'esprit qu'environ deux années de pâturage* sont nécessaires pour que les bovins s'immunisent contre les strongles digestifs. 

 

 

Les jeunes qui sortent pour la première fois sont donc très sensibles. Il faut ainsi éviter toute infestation massive des jeunes notamment par le biais de la conduite au pâturage, en particulier :

 

> grâce à'une mise à l'herbe tardive;

 

> en réservant des parcelles saines (pas ou peu infestées) : prairies nouvelles, ou non pâturées depuis au moins 6 à 8 mois, ou utilisées après récolte de fourrage, ou ayant été pâturées uniquement par des vaches adultes (lesquelles contaminent la pâture grâce à l'immunité acquise);

 

> grâce à une rotation adaptée. Avec l'utilisation de deux parcelles et une présence de six à huit semaines maximum par parcelles, cela permet une réduction de 40 à 50% de charge parasitaire. Lors d'utilisation de trois parcelles pâturées chacune trois à quatre semaines, la charge est réduite de 70 à 80%;

 

> grâce au pâturage au fil, sans retour en arrière;

 

> en évitant le surpâturage, avec complémentation suffisante en période sèche.

 

 

Attention à la reprise des pluies à l'automne

 

Si une sécheresse estivale s'installe, comme c'est souvent le cas en Vendée, le développement des oeufs est stoppé et les larves présentes dans l'herbe vont mourir : les bovins seront donc moins exposés, et le risque de contamination limité. Mais attention au retour des pluies ! Les oeufs protégés à l'intérieur des bouses vont reprendre leur développement et les larves ayant survécus dans les bouses vont être libérés en masse avec le ruissellement dû à la pluie. Le risque sera donc maximal pour les parcelles ayant été pâturées en fin de printemps et en été.

 

En cas de diarrhée, amaigrissement, perte de croissante, voir mortalité dans certain cas, il conviendra de contacter votre vétérinaire afin d'établir un diagnostic et envisager un traitement curatif adapté.

Contrôler les génisses après la rentrée en bâtiment. Trois à quatre semaines après la rentrée en bâtiment, un test de pepsinogène réalisé sur sang, prélevé sur cinq génisses prises au hasard, permettra de connaître le niveau d'infestation par les strongles digestifs. Les analyses sont prises en charges à 80 % par le GDS dans le cadre du Pack analyse GDS. La nécessité ou non d'un traitement sera appréciée en fonction des résultats.

 


 

 

*Huit mois de contact sont nécessaires, qui correspondent à la durée de pâturage totale de laquelle il faut retrancher les périodes de complémentation alimentaire ainsi que le temps de rémanence des produits en cas de traitement.

 

 

Pâturage des veaux et génisses et parasitisme VA 21-06-2019

 

Thierry Renaudineau, Directeur technique GDS 85

 

Article Vendée Agricole – Dossier spécial BOVIN du 21 juin 2019

 

Réalisation © Atelier informatique GDS85. Tous Droits réservés